LE CABINET DU PSYCHOLOGUE A PARIS

Psychologue clinicien et Psychothérapeute,
Julien Faugeras vous reçoit au sein de son cabinet à Paris dans un quartier accueillant du 9ème arrondissement de Paris.
Il accueille aussi bien les adultes, que les adolescents, les couples et les enfants.


FORMATION DU PSYCHOLOGUE A PARIS

 Bureau du psychologue Diplômé d’un Master professionnel de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université PARIS XIII, Julien Faugeras a ensuite suivi une formation de psychothérapeute et de psychanalyste à Paris au sein d’une école de psychanalyse: le réseau pour la psychanalyse à l’hôpital. Dans le cadre de l’association du Réseau pour la Psychanalyse à l’Hôpital (RPH), le psychologue supervise un groupe de lecture sur les œuvres de Freud et de Lacan. Il participe également aux colloques ainsi qu’aux réunions cliniques proposées par l’association.

Durant plusieurs années, Julien Faugeras a enseigné la psychanalyse à l’IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) de Rabelais à Paris et a dispensé des cours sur la pédo-psychiatrie et le deuil. Après une expérience enrichissante en institution, notamment au CMP (centre médico psychologique) du 6ème secteur de l’hôpital Sainte Anne à Paris, Julien Faugeras se consacre exclusivement à son cabinet de psychothérapie et de psychanalyse du 9 rue Ambroise Thomas dans le 9ème arrondissement de Paris en tant que psychothérapeute. Il fait également partie des psychothérapeutes de la Consultation Publique de Psychanalyse du RPH, la CPP.

LES DOMAINES D'APPLICATION DE LA PSYCHOTHÉRAPIE ET DE LA PSYCHANALYSES

 Bureau du psychologue La consultation de psychothérapie et de psychanalyse s’adresse à toute personne en souffrance. Il peut être question de difficultés relationnelles, de troubles de la pensée, de dépression, de crises d’angoisses ou encore de troubles corporels et/ou psychosomatiques. La liste des symptômes qui se soignent lors d’une psychothérapie ou d’une psychanalyse est longue et n’est pas toujours exhaustive. En effet, le champ opérationnel de la psychothérapie et de la psychanalyse ne cesse de s’élargir permettant ainsi de traiter, au-delà des troubles psychiques, une grande part des troubles corporels et de favoriser le soin des maladies organiques.

Les récentes études des neurosciences ont d’ailleurs permis de confirmer les théories des psychanalystes au sujet de l’interdépendance du corps et le langage, du psychique et du somatique. Certaines maladies corporelles doivent ainsi être traitées en tenant compte du facteur psychique; A titre d’exemple, nous observons que l’anxiété est responsable d’un affaiblissement du système immunitaire ou encore la présence d’un sentiment de culpabilité qui pousse un être à adopter des comportements autodestructeurs. La psychothérapie et la psychanalyse s’adressent ainsi à toute personne qui souffre de ses comportements, de ses pensées et plus généralement d’un mal-être.

La rubrique symptômes ci-dessous dresse une liste non exhaustive de troubles pouvant être traités lors d’une psychothérapie ou d’une psychanalyse. Ces quelques exemples figurent parmi les motifs de consultation les plus courants :

    Les troubles de la pensée
  • La rumination, les pensées obsédantes
  • L’inhibition et la difficulté voire l’incapacité de faire des choix, prendre des décisions
  • Le doute excessif
  • Le sentiment de culpabilité
  • Les peurs irrationnelles et inhibitrices (peur du jugement, peur du regard de l’autre, peur de l’échec…)
  • Les phobies : insectes, mort, avion...

    Les troubles de l’humeur
  • La mélancolie
  • la dépression
  • l’angoisse (crise d’angoisse, attaque de panique, angoisse d’abandon…)
  • Le manque de libido

    Les troubles affectifs
  • La dépendance affective
  • La difficulté à faire confiance
  • La difficulté à s’engager
  • La répétition de relations impossibles
  • L’insatisfaction, l’insatiabilité
  • La jalousie excessive, pathologique

    Les troubles du comportement
  • La procrastination
  • Les TOC (troubles obsessionnels compulsifs)
  • Les troubles du comportements alimentaires : anorexie, boulimie, prise de poids, régime alimentaire...

    Les troubles ou comportements addictifs
  • L’alcoolisme
  • Les addictions alimentaires
  • La toxicomanie : tabac, cannabis, ecstasy, cocaïne, héroïne, kétamine, codéine, morphine...
  • L’addiction au jeux, jeux vidéos, écrans (ordinateurs, smartphones, tablettes), télé
  • L’addiction à la pornographie, au sexe (hypersexualité), à la masturbation
  • L’addiction au sport

    Les problématiques de couple et de famille
  • Blocages et timidité sexuels
  • Dysfonctions sexuelles masculines : les troubles de l’érection, l’éjaculation précoce
  • Les douleurs, inflammations et troubles sexuels féminin : le vaginisme, vulvodynie, dyspareunie, vestibulite...
  • Les difficultés quant au désir sexuel : par ex, la difficulté à aimer la personne désirée ou à désirer l’être aimé
  • Le manque de désir sexuel ou libido (sexualité hypoactive) au sein du couple
  • La sexualité pendant la grossesse
  • L’anorgasmie
  • La frigidité

    Les problématiques de couple et de famille
  • Infidélité
  • Relation fusionnelle-conflictuelle avec le partenaire
  • Désir d’enfant, désir de grossesse
  • Troubles de la fertilité, stérilité
  • Dépression post-partum, périnatale
  • Baby-blues
  • Fausses couches répétitives

    Les symptômes corporels et psychosomatiques (Il est particulièrement difficile d’énumérer la plupart des maladies présentant un versant psychique lié à l’anxiété) :
  • La colopathie fonctionnelle
  • Les troubles intestinaux ou digestifs
  • La fatigue chronique
  • Les vertiges
  • Les allergies
  • Les aménorrhées
  • Les maladies de peau : eczéma, psoriasis, plaques rouges, boutons…

    Troubles de l’enfant, de l’adolescent
  • Autisme
  • Troubles du comportement, hyperactivité, TDA/H
  • Douance, précocité intellectuelle
  • Phobie scolaire, absentéisme, échecs scolaires.
  • Difficultés scolaires notamment apprentissages scolaires
  • Difficultés relationnelles
  • Evènements familiaux : séparation des parents, décès d’un proche..
  • Troubles dépressifs, tristesse
  • Manifestation d’angoisse et d’anxiété
  • Plaintes somatiques fréquentes : maux de ventre, céphalées, vomissements, fatigue,
  • Négligence, maltraitance et violences psychologiques et physiques, harcèlements dans l’environnement scolaire et/ou familial

L'EFFET DE LA PSYCHOTHÉRAPIE ET DE LA PSYCHANALYSE

 Bureau du psychologue La psychothérapie et la psychanalyse permettent de se départir progressivement des symptômes qui sont source de souffrance et empêchent d’avancer. Nous pouvons dire que l’énergie psychique qui alimentent ces symptômes est un gaspillage car elle aurait une toute autre valeur en étant investie dans la voie de son désir. La cure psychanalytique permet un ré-aiguillage de l’énergie psychique vers un épanouissement de l’être.
A bien des égards, les symptômes peuvent être vus comme de lourds fardeaux que l’être traîne parfois depuis l’enfance, alourdissant chaque jour le poids de son existence voire celui de son entourage. Ces symptômes handicapent le désir d’avancer et empêchent l’être de construire sa vie.

L’être en souffrance peut se sentir écrasé par le poids d’une culpabilité qu’il méconnaît. Ne s’autorisant pas ou plus à avancer, il sème à son insu des obstacles sur son chemin. Influencé par une partie de lui-même qu’il ignore, le patient n’a pas conscience de cette partie immergée de son propre appareil psychique qui pourtant le gouverne. Au fur et à mesure de la cure, le patient interroge les schémas inconscients qu’il répète et dont il se plaint. A force de travail, ce déterminisme inconscient sera éclairci, touché puis changé. La traversée de ce monde inconnu, Freud l’a nommée psychanalyse.
Lors de la cure, le patient puis le psychanalysant cède progressivement sa position passive de spectateur, du monde et surtout de sa propre vie, pour accéder, à la fin de sa cure, à une position de sujet, celle d’un être responsable de son désir.

Ce que les psychanalystes ont pu remarquer depuis des décennies, c’est qu’un patient et a fortiori un psychanalysant tombe beaucoup moins malade. En effet, une psychothérapie et une psychanalyse permettent de modifier le rapport de l’être à son corps, à ses semblables et à son désir.
Le patient ou le psychanalysant devient plus à l’écoute de son propre désir et quitte alors la logique de l’excès, du tout ou rien. il abandonne la passion mortifère qui le dévore et accède à un registre Autre. Ce dernier est marqué par un rapport différent au manque et donc au désir, à l’amour et au plaisir.

LA MÉTHODE DU TRAITEMENT PSYCHOTHÉRAPEUTIQUE ET PSYCHANALYTIQUE

 Bureau du psychologue La règle fondamentale de la psychothérapie et de la psychanalyse est celle des associations libres. Il s'agit pour le patient ou pour le psychanalysant de dire chacune des pensées qui lui traverse l'esprit même si elles lui paraissent anodines, honteuses ou encore taboues. Le contrat psychothérapeutique consiste pour le patient à parler ses pensées, de son corps, de ses rêves sans les juger, les filtrer et les censurer.

En respectant ce contrat, le patient découvre certaines pensées qu’il tentait de garder dans l’ombre, dans le coffre fermé à double tour de son inconscient. Par son discours, l’être part à la conquête d’un savoir sur lui. Il choisit de découvrir une part de lui-même qu’il méconnaissait et fait le choix de se révéler à lui-même.
Grâce aux inventeurs de la psychanalyse, nous avons appris que les symptômes sont le résultat d’un conflit psychique qui agit parfois à l’insu du patient. La cure est la clé qui permet de révéler ce conflit et de le résoudre. Bien sûr, il est possible que la mise en évidence du conflit intrapsychique se révèle douloureuse car il est impossible de régler à long terme un conflit sans y faire face. Certaines formes de psychothérapies telles que les TCC, le coaching, l’acupuncture, l’EMDR permettent d’apaiser le symptôme pendant un temps ou de le déplacer. La visée de la psychanalyse contraste avec les solutions à court-terme. La technique psychanalytique privilégie la liquidation du symptôme à la racine. Le patient n’a plus besoin à la sortie de sa cure d’autres expédients qu’il trouvait dans ses symptômes, dans des médicaments ou dans une thérapie brève.

LE TRAVAIL DU PSYCHOTHÉRAPEUTE

 Bureau du psychologue Le psychothérapeute agit par son silence tel un moteur qui permet à l'être de dérouler par la parole la chaîne de ses pensées. A travers les achoppements qui émergent dans l’énonciation du patient ou du psychanalysant, le psychothérapeute aide ce dernier à repérer les nœuds aveugles qui se répètent sous forme d'énigmes dans son existe nce. Par ses interventions, relances, ponctuations, le psychothérapeute guide le patient ou le psychanalysant à découvrir ce trésor caché que constitue pour l'être son propre désir. Bien sûr, le clinicien ne peut se contenter de travailler comme un technicien, il doit adapter la technique en fonction de chaque patient et surtout en fonction du moment que traverse celui-ci dans sa cure. Nous sommes loin du cliché du psychanalyste qui reste dans un silence permanent et laisse le patient dériver dans son travail. Au contraire, le psychothérapeute doit assurer la direction de la cure avec une très grande finesse, ce qu’il va apprendre dans l’articulation rigoureuse entre son expérience clinique et sa formation théorique. C’est la raison pour laquelle le psychothérapeute qui utilise les outils de la psychanalyse ne cesse jamais de se former et travaille avec ses pairs pour remettre son travail en question afin de l’améliorer ( supervisions, contrôles, réunions cliniques, séminaires, colloques)

Il existe également une dimension éthique de la plus haute importance qui détermine la qualité du travail du psychothérapeute et du psychanalyste : pour pouvoir se repérer au mieux cliniquement et accompagner le patient ou le psychanalysant pendant la traversée de sa cure, il est essentiel que le psychothérapeute soit lui-même en psychanalyse et qu’il ne cesse pas ce travail dès lors qu’il continue sa pratique clinique. C’est certainement la partie la plus importante de la formation du psychothérapeute. Plutôt que demander le diplôme du psychologue ou du psychothérapeute, son orientation théorique, le plus important est sans doute de l’interroger sur son désir à lui-même s’astreindre à faire le travail qu’il demande à ses patients.

Salon du psychothérapeute
Salon du psychothérapeute
Salon du psychothérapeute
Cabinet du psychothérapeute
Cabinet du psychothérapeute
Cabinet du psychothérapeute
Bibliothèque du psychothérapeute
Bibliothèque du psychothérapeute
Bibliothèque du psychothérapeute

Le cabinet

Le cabinet de psychothérapie et de psychanalyse est ouvert du lundi au samedi de 7h à 21h.


En cas d'urgence,vous pouvez me contacter au 06 03 15 94 12.

Itinéraire du Cabinet

Métro
Ligne 7: Métro     Poissonière

Ligne 8-9: métro  Grands Boulevards
Ligne 4-5: métro  Gare de l'est
Ligne 4: métro     Chateau d'eau

RER B - RER D - RER E : ‎Gare du Nord‎

Google Map


Sitemap

Coordonnées

  • Téléphone
    01 44 79 00 01
  • Mail
    JFAUGERAS@GMAIL.COM
  • Adresse
    9 rue Ambroise Thomas
    75009 Paris